Interco

Nous voici donc à l’heure d’un choix,

Mais Jotrancien que veux- tu faire, toi ?

Quitter maintenant notre Pays,

Dont depuis 1970 nous faisons partie,

Pour aller comme notre Maire a pour dessein,

Nous jeter dans les Deux Morin ?

Comment agir ? Que peut- on faire ?

D’abord on rit et se taire ?

Ou au Maire de Jouarre demander,

de largement mieux s’expliquer

Car avec son comparatif, ses arguments

On a bien vite compris qu’il nous ment.

Et que toujours bien savamment,

Il veut gagner du précieux temps.

Il élude toujours une question :

A combien va se monter l’addition ?

De ce départ ? De cette arrivée ?

Oui, les a-t-il vraiment chiffrées?

Comme nous le conseille l’œil sur les panneaux,

qui ont fleuri dans le bourg et les hameaux,

Jotranciens, restons vigilants,

face au Maire et ses errements.

Lui et son équipe forment un seul homme,

Encore faut- il qu’il y ait le quorum,

car sinon, de lèse- majesté c’est un crime,

et notre édile se pose toujours en victime.

Mais quelle est donc cette opposition,

Qui sans cesse à la population,

Fait et abuse de la désinformation ?

Pourquoi tant de contestation ?

Pourquoi avons -nous rejeté ce budget,

Que l’on a failli voter en mai ?

Car Monsieur le Maire, et c’est fâcheux,

On ne peut hélas pas le dire mieux,

Vous vous y être pris n’importe comment,

Mais peu importent les règlements,

Vous allez encore vous arranger,

Mais aussi finir par vous faire blacklister !

Mais j’oublie pas par les télévisions,

Venues vous filmer pendant les élections,

Efficace votre onéreux service communication,

Quand nous sommes à l’heure des restrictions…

Ne vous avait-on jadis pas conseillé,

Pour faire grandir votre notoriété,

De vous faire élire à Cavaillon,

La célèbre capitale du melon !

Monsieur le Maire, quand votre population,

Demande en vain une consultation,

La moindre des choses est de l’écouter,

Pas de nous montrer votre autorité …

Que constamment vous faites valoir,

Cessez donc un peu de nous décevoir,

Nous voulons des décisions réfléchies,

Car à Jouarre, avec vous, c’est la monarchie.

2016, Annus horribilis

Quand une année vient de se terminer,

Et qu’une nouvelle vient de commencer,

C’est toujours l’heure des bonnes résolutions

Et pour notre maire des vœux d’une autre dimension.

Rien n’est trop beau pour son ego,

Pour faire de l’esbroufe, il met le magot.

Je suis prêt à parier que cette année,

Douze caméras vont le filmer,

Projecteurs et sono à fond,

On y va franco dans les flonflons.

Pour les dépenses, toujours plein pot,

Monsieur, ce sont vos vœux mais nos impôts …

Pour le discours, quelques idées,

Faites donc le bilan de l’année passée,

Et pour préparer votre histoire,

Je vous rafraîchis la mémoire …

Après le tout début de l’automne,

Les maires du coin vous démissionnent…

Vous qui aviez pour fierté

D’être Vice-Président de l’Intercommunalité.

Lors de la nouvelle élection,

Vous avez, sans même une hésitation,

Voulu candidater le siège suprême,

Mais on récolte ce que l’on sème …

Vous avez essayé mais un peu tard,

De vous imposer en « guest star » !

Revenons à Jouarre si vous le voulez,

Autour de vous, c’est le même sonnet,

Un à un vos proches vous quittent,

Adjoints et conseillers n’ont plus la frite,

Au conseil municipal c’est le flot des démissions,

Pour vos colistiers qui retrouvent la raison …

Même le Directeur Général s’en est allé,

A peine plus de 2 ans après son arrivée !

Le dictionnaire aussi s’est fait la malle,

Plus de quoi corriger le bulletin municipal,

Alors les fautes d’orthographe s’enchaînent

A la mairie on met le liquide correcteur à la chaîne …

Le parc automobile aussi vous lâche,

mais on en loue du nouveau et on le cache,

Camion et toutes petites voitures,

vous permettent de toujours faire bonne figure …

Pour 2017 que peut-on vous souhaiter ?

Naturellement de ne pas vous Trump-er …

En juin de devenir député ?

Ou peut-être pensez-vous à l’Elysée ?

Festivités

Après quelques temps sans sonnet,

Pour vous parler du budget,

Votre poète refait surface,

Et bien des choses le tracassent…

En tout premier lieu il faut que je raconte,

La mésaventure du livre des comptes,

qui compile les dépenses et les recettes,

de la belle commune où vous êtes,

et ce sur toute une année civile,

ici le budget 2015 de la ville !

Demandé à la Mairie fin février,

Jusque début avril nous avons dû patienter,

Pareil document l’année d’avant,

En deux jours était présent !!!

Pourquoi donc une telle rétention ?

Et tout un tas d’excuses bidons.

«Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup»

Alors on s’interroge beaucoup…

Et en découvrant le précieux,

Une chose nous saute aux yeux,

Jouarre change enfin de dimension

Grâce à vos frais de communication.

Passe encore pour vos bulletins municipaux,

A environ 2000 euros le numéro,

Mais pourquoi un film à grand budget ?

Pour avoir une Palme d’Or à Cannes en mai ?

Car à Mairie l’œuvre qui défile à l’accueil,

et qui, de Monsieur le Maire flatte l’orgueil,

Presque 12 000 euros à la Ville a coûté,

Mais de grâce, laissons le s’expliquer,

Car quand nous lui posons la question,

il rétorque sans hésitation :

«C’est pour le rayonnement de la Commune»

Bientôt le verra-t-on au journal de la Une ?

Car se faire mousser, notre édile adore ça,

Et il nous l’a prouvé avec les U.S.A.

L’Opération Mustang qui en juillet s’est passée,

A encore vu notre Maire sans compter dépenser,

Pour que l’hébergement soit un peu tape-à-l’œil

1200 euros de chambres au Château de Venteuil,

Et pour parfaire la reconstitution,

3000 euros pour le survol de l’Avion !

Coût total de cette manifestation,

Environ 17000 euros pour la population.

Et cerise sur le gâteau pour notre petit village,

On termine le tout en voulant un jumelage !

De grâce revenez à plus de simplicité,

Vous « l’enfant du village » tel que vous le clamez,

Car si vous continuez à vouloir laisser une trace

On va finir par avoir votre statue sur la Place.

Une phrase à méditer juste avant de partir,

« Servir la Commune, et ne pas s’en servir » !

Sémantique

Pour qui à Jouarre à un conseil municipal a déjà assisté

Un petit problème sans nul doute vous aurez remarqué

Il existe en effet entre majorité et opposition

Des soucis certains de communication.

Toute la majorité, me demanderez-vous ?

Non, bien sûr pas toute, il faut que je l’avoue,

Car toujours en conseil une grande partie dort et somnole,

Mais c’est toujours d’une seule main qu’elle vote comme son idole.

Voir si peu d’entrain lors de toutes ces réunions,

Me pousse donc naturellement à vous poser la question :

Pour que sa politique Monsieur le Maire puisse faire,

Leur administre-t-il avant une dose de somnifère ?

Mais pour les rares de nos édiles qui seraient réceptifs,

Ont très souvent avec nous des échanges corrosifs.

Tant d’incompréhension, ça peut sembler illogique,

Alors qu’en fait tout est question de sémantique,

C’est ce que plait à répéter notre premier magistrat,

Lorsque sur tel ou tel point l’on fait naître un débat.

Le 2ème vice-président de notre intercommunauté,

Nous reproche d’aborder les dossiers toujours du mauvais côté,

D’avoir trop souvent une mauvaise vision des choses,

Trop éloignée de celle de son équipe en osmose.

Nous devons nous incliner devant toute cette candeur,

Et aussi devant la remarquable science infuse du conseiller instituteur,

Qui prend toujours plaisir à nous donner des leçons,

On a clairement l’impression qu’il nous prend pour des cons.

Excusez-nous très cher pour notre incompétence,

Qui éclate au grand jour devant votre suffisance.

Nos arguments face à vous sont tellement dérisoires,

On imagine déjà que vous ferez l’Histoire,

Mais vous la marquerez, soit en mal, soit en bien,

Et j’ai déjà une idée quand j’écoute les Jotranciens.

Car ça parle beaucoup dans notre petit village,

Et bien plus loin encore, les bruits n’ont pas de barrage.

Car de notre petite bourgade vous faîtes la notoriété.

Quand on pense que c’est pour vous juste un marchepied.

Car les échelons petit à petit vous essayez de grimper.

Alors soyez prudent à ne pas une marche louper,

Sinon la vie de parlementaire que clairement vous convoitez,

C’est de tout en bas que vous risquez de la regretter.

Tristesse

D’un lieu d’accueil pour vos bébés vous ne serez donc pas privés,

Même si, associatif, on peut le considérer privé.

Mais, petit Jésus merci, Jouarre aura sa micro-crèche

Ou peut-être multi accueil, mais là, nos élus sèchent,

ils ne maîtrisent pas tous ces termes techniques,

Mais fermer la Halte garderie, ça pour eux c’est magique.

Car c’est mon ami Pierrot, et non « Ô Clair de Lune »

qui l’avait en 2002 ouverte, voilà donc l’infortune.

Car de l’ancienne mandature maintenant tout il faut détruire,

Je pense que le gymnase n’a qu’à bien se tenir.

De la jeunesse vous avez voulu et donc vous avez,

Mais la fin de tout ça n’est pas prête d’arriver,

Car Jotranciennes, Jotranciens, même si vous le déplorez,

Pour 4 ans encore, vous allez devoir tout avaler.

Personnel

Le sujet abordé aujourd’hui est des plus délicats,

Mais assez grave aussi pour que je vous en fasse cas

Parce que vous le côtoyez tous, Jotranciennes, Jotranciens,

Le personnel communal pour vous travaille au quotidien.

Mais c’est fort triste hélas, fin 2015, la décision est tombée,

Point de traditionnel repas entre élus et employés.

Faute d’inscriptions, le rendez-vous annuel a été annulé,

Remplacé par « le verre de l’amitié de fin d’année ».

Mais comment a-t-on pu en arriver là ?

Une telle fracture avec la municipalité je n’imagine pas.

Et pourtant tout avait si bien commencé,

Quand il y a plus d’un an, le nouveau maire est arrivé.

Et avec lui, pour les ressources humaines,

Des méthodes de gestion à la mode américaine.

Allez, on se tutoie, et on s’appelle par le prénom,

A décrété Monsieur le Maire, avec plein de conviction,

C’est tellement plus sympa, et tellement plus mignon,

Et en plus ça passe mieux quand on met des sanctions !

Mais votre premier 1er adjoint a vite compris votre manège,

Raison pour laquelle, après un an, il a choisi de quitter son siège.

Pour argumenter mes propos, quoi de mieux

Que de faire un rapide état des lieux :

Notre Police Municipale a été totalement renouvelée,

Exit les 2 A.S.V.P. qui étaient pourtant fort appréciés,

Police Municipale signifie police de proximité,

Mais la proximité maintenant, je crois que l’on peut l’oublier.

Pour le Centre de Loisirs, même constat,

Il a changé d’équipe et il a même changé d’endroit.

Beaucoup d’animateurs depuis vous sont partis,

Et ne nous mentez pas, à la place, vous avez mis des amis.

Constat amer pour la désormais Feu Halte Garderie,

Sacrifiée sur l’autel de votre soif de trésorerie,

Et deux agents en moins, ça c’est pour les calculs.

A Jouarre, bien grâce à vous, le service public recule.

Pour les femmes de service, des contrats pas renouvelés,

Un peu d’argent en plus là aussi vous gagnez,

Faire autant avec moins, mathématiquement compliqué,

Les locaux petit à petit peuvent bien se dégrader.

Services Techniques, Mairie, je pourrais rajouter des points,

Quant aux auditions du personnel, n’allez-vous pas un peu loin ?

A Jouarre, bien grâce à vous, on dénonce son voisin.

Diviser pour mieux régner, vous faites ça avec grand soin.

Jotranciennes, Jotranciens, vous en savez maintenant plus,

Sur notre Maire et toutes ses astuces,

Tous ses longs discours et ses nombreux laïus.

Et enfin, quand il vous regarde, son traditionnel rictus.

Caroline (du Nord)

Parce qu’en juillet 44 un aviateur de l’Air Force sur Choqueuse a péri,

Monsieur le Maire, Mister Gossip et des États-Uniens se sont réunis.

Il n’en fallait pas plus pour faire naître chez notre bourgmestre une lubie,

Que sa ville de JOUARRE se jumelle avec un village des États-Unis.

Alors ni une, ni deux, son Conseil Municipal fin août il réunit,

Et vite un comité de jumelage il crée, composé de ses amis,

Quant à l’avis des Jotranciens, comme toujours, il en fait fi,

C’est à son bon vouloir uniquement et quel qu’en soit le prix.

Il aurait pu trouver un lieu bien plus proche de Paris,

Angleterre, Allemagne, Espagne ou Italie,

Mais c’est bien moins ronflant que son idée de génie.

Nul doute que nos écoliers, bénévoles et sportifs seront ravis,

De pouvoir échanger avec Norwood et son voyage gratuit.

Rassurez-vous, chers gens, le coût du trajet ils y ont réfléchi.

C’est le contribuable Jotrancien qui bien bas vous remercie.

Mais comme le dit l’adage, en attendant et en anglais « Wait and see ».

Monocratie

Par les temps qui courent, et ces jours-ci par ici,

Une certaine personne a oublié le sens du mot «Démocratie».

Et pourtant, même si dans la presse locale j’avais lu,

Qu’elle voulait « rétablir le dialogue entre les habitants et les élus »,

Force est de constater qu’elle se comporte comme un roi,

Comme en atteste l’affaire du stationnement rue du Marteroy.

Car dans ce quartier jotrancien, il y a de l’électricité dans l’air,

Malgré le vote du Conseil Municipal d’y mettre les réseaux sous terre,

Et tout ça, on le doit à notre Maire, qui a soudain décrété,

Qu’il fallait peindre une longue bande jaune, et ça des deux côtés.

L’avis des gens concernés, lui, ça lui importe peu,

Maintenant, il est Maire, alors il fait ce qu’il veut !

Il argumente toujours comme responsable de notre sécurité,

Alors que depuis la nuit des temps, il ne s’est jamais rien passé.

Mais il maîtrise habilement le rôle de manipulateur,

Et pour arriver à ses fins, va méthodiquement vous faire peur.

Il est aussi passé maître dans l’art de la communication,

Comme en atteste les promesses faites pendant les élections.

A plusieurs reprises il a appelé le Conseil Municipal a voter

Sur des soi-disant projets pourtant déjà bien installés,

Et là, je ne résiste pas au plaisir de vous en énoncer :

Télésurveillance des écoles, car les actes de vol ont décuplé,

Création d’un logo, qui plus de 2000 euros nous a couté,

Notre Maire adore les LEDs, il en installe de tous côtés.

Alors comme annoncé, si le dialogue vous voulez renouer,

L’avis des Jotranciens, cessez de négliger.

Car souvent, pour qui vous demande un rendez-vous,

Vous envoyez un adjoint, vous ne pouvez pas être partout.

Monsieur le Maire, « Démocratie » a une simple définition,

Le pouvoir est dans les mains de la population…

Lumières

Si un jour, entre Jouarre et Courcelles vous allez vous promener,

Sur le bord de la route un boîtier électrique vous allez trouver,

Alors, comme moi peut-être, des questions vous allez vous poser :

Est-ce pour les petits écureuils toute cette électricité ?

Ou pour la parcelle non constructible située de l’autre côté ?

Alors en Conseil Municipal, le maire nous avons interrogé. 

« Je ne vous dirai rien et à la mairie cela ne va rien coûter »

A répondu notre édile toujours avec plein de fermeté.

Mais mon petit doigt m’a dit que ce n’était pas la vérité.

Et une fois de plus c’est tous les jotranciens qui vont payer.

Mais que ne ferait-on pas au nom de l’amitié ?

Peu importe si à JOUARRE la halte-garderie doit fermer,

Si les dotations d’État tous les ans doivent s’amenuiser,

Des sous, il vous assure, dans le budget il va trouver

Pour vous remercier de l’avoir à la mairie amené.